RENAISSANCE DU CONGO (12.D.G.P.D)

RENAISSANCE DU CONGO  (12.D.G.P.D)

HUGUES NGOUELONDELE DEVRAIT ENVISAGER DE CHANGER DE CARRIERE

 

Publié le 12/09 

 

REUNION DES CONSEILLERS MUNICIPAUX DE BRAZZAVILLE SOUS LA DIRECTION DU MAIRE HUGUES NGOUELONDELE

 

Au cours de cette 7ème session, les conseillers vont examiner les affaires parmi lesquelles le projet de délibération fixant le taux de la taxe sur les hydrocarbures ; la situation de non recouvrement de la taxe de roulage à Brazzaville ; le projet de délibération fixant les modalités d'organisation des descentes des élus locaux de Brazzaville dans leurs circonscriptions électorales ; le projet d'adhésion de la mairie de Brazzaville à l'ONG «Mayors for Peace» (maires pour la paix). 

Ils vont également plancher sur le projet de délibération portant retrait des délibérations du 2 juin 2003, du 2 octobre 2003, du 20 février 2004, du 24 juin 2004, du 16 septembre 2004, du 17 février 2005, du 3 février 2006, et du 19 février 2007 ; 

A cela s’ajoutent le projet de délibération portant dénomination du rond-point dit « de la coupole », situé au centre-ville, en place de l'indépendance ; le projet de délibération portant dénomination du boulevard qui part du croisement des avenues du 5 juin et Edith Lucie Bongo Ondimba, dans l'arrondissement 5 Ouenzé, passant par la place de la Liberté, le rond-point Jacques Opangault, le Musée de l'histoire de la vie politique nationale, le Mausolée national Marien Ngouabi, le palais du peuple, l'hôpital mère et enfant Blanche Gomes, le rond-point de la patte d'oie, l'aérogare de Maya-Maya, et aboutit sur l'avenue Loutassi, à hauteur de la cité des dix maisons dans l'arrondissement 4 Moungali, en boulevard Denis Sassou N'Guesso ; la remise de tables bancs dans les établissements scolaires de Brazzaville ; etc. 

Hugues Ngouélondélé a indiqué que cette session se tenait au moment où le pays se prépare à célébrer, le 3 octobre 2010, le 130ème anniversaire de la fondation de Brazzaville. Il a invité les membres du conseil à intérioriser les orientations du Chef de l'État annoncées lors de son discours sur l'État de la nation, dans l’examen des affaires inscrites à l'ordre du jour des travaux de la session.

 

L'information décortiquée par le concepteur de renaissance Mr Parfait Bondoumbou juriste en droit des affaires et fiscalité et analyste de la politique Congolaise

 

Les conseillers municipaux de Brazzaville sont actuellement en pleine cession ordinaire pour délibérer sur différents sujets, qui n'auront du reste aucun impacte sur quotidien des brazzavillois. Le premier de ces sujets concerne

 

Le projet de décret fixant la taux de la taxe sur les hydrocarbures

 

Mr le Maire, de son patronyme Hugues Ngouélondélé n'a de cesse d'aller forfait en forfait et cette décision de rehausser la taux de la taxe sur les hydrocarbures vient s'ajouter à une liste déjà très exhaustive des méfaits de ce dernier au regard de la politique menée depuis son accession au trône à la mairie.

En effet, chacun en conviendra à toute application il faut un préalable, celui d'un texte de loi et d'une réglementation en vigueurs; plus l'impérativité de négociations avec les organisations syndicales sensées protéger les professionnels ici visés à savoir les propriétaires de stations services.

Constat rédhibitoire est fait, que vraisemblablement qu'il n'y aura pas ni de négociation avec les syndicats représentant les propriétaires de stations services y compris ceux défendant les intérêts des salariés de ces stations, puisque tout naturellement augmenter les charges du patron inévitablement le contraindrait pour motif économique à revoir à la baisses les prétentions salariales de ses employés ce qui en soit aurait un effet dommageable sur leur revenu

Que dit la loi à ce sujet, pourquoi est ce que l'incompétence du maire devrait elle continuer à influer négativement sur le quotidien déjàà moribant des habitants deBrazzaville.. Cette question d'une éventuelle augmentation du taux de la taxe sur les hydrocarbures, nécessiterait inéluctablement des négociations avec les organisations syndicales afin de parvenir à un taux qui répondrait à la fois aux besoins des collectivités locales en matière de recette mais qui n'étoufferait pas de l'autre côté le chiffre d'affaires des entreprises de stations services. Toute décisions sans consensus aurait un effet pervers direct sur le panier de la ménagère. Comme à l'accoutumé les Brazzaville feront les frais de cette vision étriquée du consensus, de la négociation avec les partenaires sociaux.

 

Au demeurant, Ce maire complaisant et pas candide sait parfaitement, que l'effectivité de cette décision par la négociation n'a aucune chance d'aboutir; c'est dire son manque d'assurance son manque de capacité à argumenter face à un projet; et faudrait il encore qu'il y croit. Son assemblée ou devrais je dire ses sou-fifres vont à l'abri des regard prendre une décision, qui affectera d'avantage les conditions de déplacements des citoyens payant déjà le lourd tribu du au manque de traçabilité et clarté de la politique menée par le beau fils du chef.

 

Si seulement les brazzavillois se mobilisaient autour d'une grande association de défenses des consommateurs, le maire s'en sortirait moins facilement, d'autant qu'il y'a fort à parier qu'il ne suscite pas l'admiration de tous dans les milieux judiciaires à l'instar des tribunaux administratifs. Le fait d'avoir obtenu un poste au bénéfice de son appartenance social, suscite toujours des mécontentements y compris au seins de sa propre famille politique à fortiori lorsque en plus on fait preuve d'une incompétence poignante et exacerbante.

 

Sur la situation de non recouvrement de la taxe de roulage

 

Mr le Maire a décidé de faire respecter la loi, en recouvrant la taxe de roulage à l'encontre des contrevenants. Il sied de relever, certaines remarques intrinsèques au sujet d'un tel recouvrement. Le préalable de tout recouvrement passe par l'identification des personnes visées par le dit recouvrement, hors il ressort de constatations avérés qu' à Brazzaville, près de la moitié des taxis sont en situation irrégulière parce que les critères afférents à la profession de taxi-men et ceux relatifs aux véhicules ne sont pas respectés. Il est évident que nombres de taxa men ne détiennent pas de cartes professionnelles, pas plus qu'ils n'ont de permis de conduire en bonne et du forme; et que au de-las certains véhicules deviennent des taxi sans autorisation légales dument constatés et motivés par les autorités assermentées; le tout dans l'indifférence général d'un certain Maire dont l'incompétence n'est évidemment plus à démontrer. Je fais mention des taxi-men car il me semble que ce sont les plus vulnérables en matière de recouvrement de la taxe de roulage.

 

Que lui reste t'il donc en considération de l'analyste ci-dessus : pas grand voir rien du tout puisque le recouvrement ne viserait dans ces conditions que les personnes qui ont respecté les formalités inhérentes à la profession de taxi; le nombre de ces individus est en forte baisse déduction logique qui est faite lorsqu'on relève qu'il y'a d'avantage de taxis à Brazzaville mais de moins de moins de recette au sujet de la taxe de roulage. Je ne crains que Me Ngouélondélé se lance dans une politique de rançonnementes véhicules de taxis habilement déguisés soul'appellationion de recouvrement tant les éléments factuels laissent à pensent raisonnablement que le recouvrement de cette taxe ne constitueriant en rien une recette importante dans l'exercice budget 2011. Paradoxalement, cet enchérissement acharné et déguisée à l'encontre des professionnels de taxi, constitue une preuve d'immaturité face aux sujets délicats qui exigent des négociations avec organisations syndicales. Avec Ngouélondélé les plus courts chemins ne mènent pas à Rome mais à l'argent, cette devise qu'il a érigé en mode de vie est une épée d'amoclès lourde de conséquence pesant sur les têtes fragilisées des citoyens de Brazzaville.

 

Si je puis me permettre ce conseil; Mr le Maire avant de vouloir recouvrer la taxe de roulage mettez au préalable une opération d'envergure visant à contrôler tous les chauffeurs de taxi, ainsi vous saurez lesquels ne sont pas en règle et à ces dernier vous pourrez comme vous l'autorise la loi transmettre à l'administration en charge de la régulation de la profession de taxi tous les dossiers, ensuite transmis à l'administration fiscal pour redressement. Le centre des impôts locaux doit recouvrer ces taxes tel est son travail, vous n'êtes pour votre part qu'un intermédiaire supposé l'aider dans cette tâche, et il ne vous appartient d'ailleurs pas de décider collégialement du taux de la taxe à appliquer, laissez donc cela aux professionnels aguerris exerçant leur talents aux seins de nos administrations. Au cas ou la loi vous aurait permis de la faire, produisez cette loi aux organisations syndicales de taxi, et vous aurez toute légitimité à agir. A défaut toute procédure engagée par vos soins sans autorisation expresse devrait être nulle et de nulle effet inopposable aux taxi-menss, mais conscient de la petitesse de votre esprit tourmenté je me doute bien que de tout évidence rien ou presque ne vous empêchera de rançonner sans aucun scrupule les chauffaures taxis dont il apparaît là aussi évident que ces recettes informelles n'iront pas aux centes desimpôtss locaux comme le prévoiraient toutes dispositions légales digne de ce nom.

 

 

LE CONGO D ABORD ET LE RESTE DU MONDE APRES



12/09/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 210 autres membres